mai 232011
 
police-emploi

TRAJECTOIRE ILLUSOIRE POUR L’ANPE…

VICTOIRE POUR LES GUEUX !

Le 13 décembre 2010, à 13H30, une trentaine d’individuEs sont convoquéEs au Pôle Emploi, rue Fred Scamaroni, en centre-ville de caen. Sur place, 2 conseilleres Pôle Emploi débutent la réunion en faisant l’apologie d’une nouvelle prestation: la prestation « Trajectoire ». Il s’agit d’une sorte de formation non qualifiante, non diplômante et non rémunérée destinée à apprendre aux « demandeurs-euses » d’emploi à maîtriser l’outil informatique, la rédaction de CV et de lettres de motivation afin d’optimiser leur recherche d’emploi. Officiellement c’est une offre, mais en interrogeant les conseillerEs, on apprend que c’est une offre obligatoire.

Le ton monte. plus de la moitié des personnes convoquées se révoltent. d’autres se taisent mais se marrent, contentes de la tournure que prend la réunion. Un homme crie « Selon la convention de genève, la torture psychologique est interdite et ce que vous faites, en culpabilisant les chômeurs qui ne trouvent pas d’emploi puisqu’il n’y en a pas, c’est de la torture psychologique et c’est inhumain! ». d’autres enchaînent: « c’est bidon ces formations, on en a déjà fait plein et ça ne sert à rien ! », « faut arrêter de se foutre de la gueule du monde »…

Une des personnes convoquées se lève alors et propose que les personnes qui refusent la prestation, c’est à dire plus des 3/4 des individues ConvoquéEs, notent leurs coordonnées et prennent les siennes afin de se coordonnerdans l’éventualité d’une répression: « Si le RSA ou le chômage est enlevé à l’une des personnes qui a refusé la prestation, on revient tous-tes et on bloque le Pôle Emploi ». Une vingtaine de personnes notent leurs coordonnées.

Au final, quelques semaines plus tard, on apprend par courrier que la prestation « Trajectoire » ne correspond pas à notre projet personnalisé d’accès à l’emploi. en allant à la CAF vérifier, on constate qu’aucune retenue financière n’a été faite sur notre RSA ou chômage. On est rassuré et on se dit que cette révolte à Pôle Emploi, mine de rien, c’était vraiment un grand moment. On recommencera.

Source : Revue Anarchiste Caennaise Apériodique – Brasero n°01 – http://ablogm.com/brasero

Partagez
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Buzz
  • email
  • PDF