Balades à vélo, les plus belles pistes cyclables « voies vertes »

Les « voies bleues » : un joli nom pour désigner les pistes cyclables citadines qui empruntent les quais… et se prolongent sur les berges des canaux et rivières, dans une version « voie verte » et champêtre en plein essor.

Quel bonheur que de pouvoir profiter de la nature en ville,  flâner au cœur des parcs qui se multiplient , repérer les itinéraires aménagés pour la bicyclette, le long des rives fluviales…

Il est vrai que la plupart des grandes villes de France sont traversées par un grand cours d’eau. Un fleuve ou une rivière qui donnent souvent du caractère à la cité : la Loire et l’Erdre à Nantes, la Garonne à Toulouse et Bordeaux, le Rhône et la Saône à Lyon, le Rhin à Strasbourg, la Seine à Rouen, etc. Longtemps vouées aux voies rapides pour la voiture, ce qui est encore le cas à Paris, les berges citadines sont maintenant reconquises en partie par les pistes cyclables.

Surtout, cette version citadine apporte un charme supplémentaire à la vie quotidienne ou au séjour touristique. Elle donne aussi envie de poursuivre l’échappée à la campagne. Le concept des « voies vertes » et « véloroutes » traçant des itinéraires dédiés à la balade sereine et facile, suit en effet très souvent le tracé des grands fleuves et de leurs anciens chemins de halage. Des centaines de kilomètres de ce que l’on pourrait baptiser des « voies bleues » sont déjà balisés par exemple au long du canal du Midi, dans la continuité du réseau toulousain « intra-muros », ou au long du canal de Nantes à Brest, dans le prolongement du réseau nantais, etc. Mais des milliers de kilomètres supplémentaires sont en projet pour tisser des réseaux dans le Val de Loire, dans l’axe Rhin-Saône-Rhône, etc. Des parcours à connecter avec les pays voisins, pour parler alors de « véloroutes européennes« , d’un périple à vélo possible sans cohabitation avec le trafic automobile, par exemple de Nantes à Budapest !…

Les repères essentiels du vélo « urbain »

Il rassemble plusieurs dizaines de villes, de toute dimension, d’Agen et Annecy à Versailles et Vannes, œuvrant pour le vélo citadin…

Elle défend les valeurs du vélo comme moyen de transport urbain alternatif et vecteur de développement durable…

Quelques exemples…

La métropole des Pays de Loire et ex-duché de Bretagne déroule au moins 14 km de pistes cyclables en de bord de Loire (poursuivant par exemple hors agglomération vers Sainte-Luce-sur-Loire et Mauves-sur-Loire) mais aussi des tracés sur les berges de l’Erdre… La continuité hors agglomération, pour des balades sympathiques en famille, est assurée avec le Canal de Nantes à Brest ou les axes de la « Loire à vélo »…

La métropole de Rhône-Alpes s’épanouit à la confluence du Rhône et de la Saône. C’est plutôt cette dernière grande rivière, qui permet pour l’instant une balade à vélo « au ras de l’eau », rive droite, proche du vieux quartier Saint-Jean si charmant (1,5 km de pistes entre les ponts Koenig et de la Feuillée), en attendant d’autres développements, vers le parc de la Tête d’Or notamment…

La communauté d’agglomération bordelaise affiche pas moins de 700 km de pistes (pour 27 communes), dont quelques-uns longent la Garonne, fleuve qui se perd ensuite dans son estuaire de la Gironde. La capitale aquitaine profite également d’une des  « voies vertes » modèle. La piste Roger Lapébie permet en effet de s’échapper en pédalant sur le tracé d’une ancienne voie ferrée (50 km environ) par Latresne et jusqu’à Sauveterre-de-Guyenne.

La ville Rose compte 230 km de pistes et bandes cyclables, dont plusieurs parcours suivent les quais de la Garonne, vers Blagnac d’un côté, et vers le canal du Midi de l’autre. Cette option « canal du Midi » permet de sortir de la cité en poursuivant « au guidon » vers Port Lauragais et Castelnaudary sur 30 à 50 km. Un pur bonheur pour les connaisseurs, qui préfigure un axe de 500 km dit des « Deux mers », suivant le canal latéral à la Garonne (côté Aquitaine et Midi-Pyrénées) et le canal du Midi (côté Languedoc-Roussillon)…

La capitale alsacienne et européenne reste une pionnière du genre, avec 500 km de pistes et bandes cyclables urbaines, dont une partie au long de la rive gauche du Rhin, vers le nord par le parc de l’Orangerie ou vers le sud.

La métropole normande est traversée par la Seine, et trace un petit bout de bandes cyclables sur le quai, en attendant mieux…

Des repères sur les réseaux des voies vertes ou  bleues, et autres véloroutes

Un nouveau panneau « voie verte » en France

Un nouveau panneau de signalisation « voie verte » débarque en France. Défini par l’arrêté du 11 juin 2008, ce panneau signale une voie ouverte aux piétons et aux cyclistes, mais interdite aux véhicules motorisés. Il représente un piéton et un cycliste sur un chemin vert sur un fond de panneau bleu.

Dénommé C115, ce panneau peut également être associé à un panonceau « cavalier », pour indiquer que les cavaliers sont également admis sur cette voie.
Le même panneau, barré de rouge (panneau C116), signale pour sa part la fin de la voie verte.
Les voies vertes avaient été définies dans le code de la route par un décret en septembre 2004.

Source : franceguide.com